“Les plantes envahissantes : approche croisée entre biologie et littérature” – 18 février 2020

En 2019-2020, les travaux de l’équipe de recherche “Humanisme” portent sur la thématique “Nature apocalyptique – végétal et fin du monde” (voir le projet détaillé et les séances précédentes).

Mardi 18 février 2020, de 17h à 19h, l’équipe accueille Sandrine Antoine, maîtresse de conférences à l’ESTBB. Cette séance portera sur “Les plantes envahissantes : approche croisée entre biologie et littérature”.

Exempliers à télécharger : Exemplier SF végétal invasif N°1 et Exemplier Aldiss incipit n°2 et Les plantes envahissantes dans La Faute de l’Abbé Mouret de Zola

Les séances, ouvertes à tous et toutes, ont lieu à l’UCLy (salle L129 | Campus Carnot | 23 place Carnot | 69002 Lyon).

Séminaire “Nature apocalyptique – Végétal et fin du monde”

Les travaux de l’équipe de recherche “Humanisme” porteront en 2019-2020 sur la thématique “Nature apocalyptique – végétal et fin du monde” (voir le projet détaillé).

Programme des deux premières séances :

  • Mardi 5 novembre 2019, 17h-19h : Aude Jeannerod, “Expérimentations horticoles et hybridations monstrueuses dans le roman de la décadence”

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les progrès de l’horticulture, qui multiplie les hybridations végétales, influencent la production romanesque. Chez J.-K. Huysmans (À rebours, 1884) et Camille Lemonnier (Le Possédé, 1890), les rêves des personnages intègrent des créatures hybrides, mais la femme-fleur tourne bien vite à la plante carnivore et le fantasme au cauchemar. Chez Gustav Meyrink (Les Plantes du Dr Cinderella, 1905) et Maurice Renard (Le Docteur Lerne, 1908), des savants fous mettent l’homme en danger par la création d’êtres mi-animaux mi-végétaux. L’imaginaire décadent présente ainsi les expérimentations botaniques et horticoles comme des transgressions par lesquelles l’humanité se met elle-même en péril.

Bibliographie et exemplier à télécharger.

  • Mardi 17 décembre 2019, 17h-19h : Aude Volpilhac, “Végétal et fin du monde dans deux récits contemporains (Le Présage de P. Gascar et Ruines-de-Rome de P. Senges)  : vers une redéfinition du héros écologique”

À partir de deux œuvres contemporaines (P. Gascar, Le Présage, 1972 et P. Senges, Ruines-de-Rome, 2002), nous réfléchirons à la manière dont, loin de se réduire à un simple décor, la flore peut jouer un rôle essentiel dans les récits de fin du monde. Tandis que, dans l’œuvre de Gascar, le végétal devient signe prophétique et annonce la catastrophe à venir pour qui sait en déchiffrer l’interprétation, chez Senges, les plantes elles-mêmes, armes privilégiées de la guerilla gardening apocalyptique orchestrée par le narrateur, pourraient bien engendrer le chaos. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur la portée critique de ces deux textes et d’en évaluer la dimension politique et sociale.

Bibliographie et exemplier à télécharger.

Les séances, ouvertes à tous et toutes, ont lieu à l’UCLy (salle L131 | Campus Carnot | 23 place Carnot | 69002 Lyon).

Projet de recherche “Nature apocalyptique – Végétal et fin du monde”

Projet de recherche de l’équipe « Humanisme » pour l’année 2019-2020.

Eugène Berthelon, Ruine de la Cour des comptes, 1873-1875, huile sur bois, domaine de Compiègne

La crise environnementale que nous traversons aujourd’hui nous force à envisager dans une perspective renouvelée l’idée de fin du monde. La conviction que la planète aurait atteint ses limites constitue ainsi le nouveau paradigme de la littérature « écologique », et plus particulièrement encore des « écoapocalypses littéraires », qui lèvent le voile sur la nature humaine saisie en ses pires défauts. On ne compte plus désormais les ouvrages scientifiques qui s’intéressent au motif de la fin du monde dans de nombreux domaines artistiques, de la littérature esthète à ses formes les plus populaires, l’enjeu étant aussi de s’affranchir des hiérarchies littéraires communément admises. L’homme, considéré désormais comme une force tellurique à part entière, est y toujours désigné comme le principal responsable de la destruction de la terre. Les invariants transhistoriques d’un imaginaire eschatologique n’occultent donc ni la spécificité des enjeux environnementaux contemporains, ni la singularité de la littérature qui s’en fait l’écho, mais permettent d’observer comment ce corpus interroge à nouveaux frais le rapport de l’homme à la « nature ».

Dès lors, la présence d’un bestiaire apocalyptique nous semble familière, tant du point de vue de son hypotexte le plus connu – l’Apocalypse de Jean notamment multiplie les références animales, communes ou monstrueuses, domestiques ou sauvages – que de ses réécritures dans la littérature contemporaine. On pense notamment à l’orang-outang dans Sans l’orang-outang ou à la tortue dans L’Explosion de la tortue d’Éric Chevillard. Dans ces deux récits à tonalité apocalyptique, la narration, prise en charge à la première personne par un être humain, raconte comment la perte d’un animal entraîne irrémédiablement un amoindrissement de l’humanité, un défaut d’être1. Ce motif de la perte, cette notion de vie diminuée, c’est sans doute ce que suggère le nom du personnage-narrateur d’E. Chevillard, dans Sans l’orang-outan, Albert Moindre. Il est, nous semble-t-il, une figure d’une humanité amoindrie, c’est-à-dire profondément affectée par la disparition du dernier orang-outan, comme semblent l’être aussi tous les êtres humains qui continuent de vivre par défaut, dans une existence définie par le manque, le dysfonctionnement, par un rythme alenti par rapport au rythme naturel d’une existence pleine et entière.

Dans la même perspective, la figuration du végétal dans les récits de fin du monde semble tout aussi digne d’intérêt. Si le végétal est quasiment absent de l’Apocalypse de Jean, les passages apocalyptiques des prophètes juifs – Isaïe et Jérémie en premier lieu – exploitent bien davantage ce motif de la transformation des campagnes fertiles en désert2, des arbres fruitiers et des vignes devenus stériles3, de « l’herbe desséchée »4, des végétaux fanés5. Et d’annoncer, avec un futur à valeur prophétique, que « les plantes languiront et toute la verdeur de la terre s’évanouira »6, tandis que «  les ronces et les épines couvriront toute la terre »7.

On peut dès lors se poser les questions suivantes : quel est le lien spécifique qui unit le végétal et le motif apocalyptique ? La flore et l’humanité en crise ? Car la littérature interroge l’action humaine et ses conséquences sur le végétal. La crise environnementale et l’écologie nous ont obligés à renouveler notre compréhension du règne végétal et surtout, – et tel est l’apport des recherches récentes en botanique –, son interaction avec le reste du monde, comme le rappelle Q. Hiernaux8. La littérature peut s’avérer le reflet d’une conscience de leur statut de « conditions de possibilités absolues de la vie et de l’existence humaine sur terre » qui les catapulte « du rôle de simple décor à celui d’acteurs occupant le devant de la scène »9.

Continuer la lecture de « Projet de recherche “Nature apocalyptique – Végétal et fin du monde” »