« Je suis un animal ». Intériorités et subjectivités animales en littérature

Journée d’étude co-organisée par la Chaire Jean Bastaire et la Faculté de Lettres Modernes le 24 janvier 2020 à l’UCLy.

Si l’on parle désormais d’un « tournant animal » en philosophie, qui prend acte de la nécessité urgente d’interroger notre conception ontologique, épistémologique et morale des animaux, les études littéraires ont parallèlement engagé une réflexion qui s’inscrit dans le sillage des animal studies anglo-saxonnes afin de refonder notre appréhension des bêtes. La zoopoétique, champ critique récent, rappelle pourtant que la littérature parle depuis longtemps des animaux et s’interroge sur le rapport complexe que l’homme noue avec eux, qu’ils soient sauvages ou domestiques.

Nombreuses sont en effet les formes littéraires traditionnelles qui figurent l’animal, comme la fable ou le roman animalier. Mais la littérature fait plus que parler des animaux : elle leur donne la parole. C’est ce don que nous voudrions examiner en s’arrêtant sur les pouvoirs de la fiction et sur la richesse des procédés littéraires par lesquels l’écrivain peut rendre compte de l’intériorité animale – c’est-à-dire de ce qui nous échappe et nous demeure opaque –, et nous donner accès à l’altérité radicale que représentent les animaux, déplacer les points de vue et surtout décentrer le regard anthropocentrique du lecteur. Si les philosophes s’interrogent aujourd’hui sur la pertinence et la validité de l’extension du concept de sujet à l’animal, la littérature problématise et expérimente ces enjeux dans la langue et dans le récit.

Que des animaux puissent dire « je » relève donc d’un véritable enjeu éthique, qui cherche d’une part à repenser la relation humaine aux bêtes en évitant toute forme de domination et d’appropriation, et, de l’autre, à repenser leur lien de solidarité et d’indépendance au sein du monde. Ce souci éthique récent implique une refondation poétique, c’est-à-dire la nécessité de réinventer les procédés pour dire les bêtes qui ne soient pas anthropocentriques : telles sont l’ambition et la limite de l’analogie littéraire.

Programme :

  • 9h15 : Aude VOLPILHAC – Accueil des intervenants
  • 9h45 : Augustin LESAGE – « “Et les Muses du Latium en restèrent interdites”  : engager le dialogue avec l’éléphant des jardins du Belvédère (1514-1516) »
  • 10h30 : pause
  • 10h45 : Aude JEANNEROD – « Parole animale et parole poétique dans les Méditations de Lamartine et les Contemplations de Hugo »
  • 11h30 : Élisabeth PLAS, « “À quelle sauce allait-on me mettre ?” Humour, animalisme et anthropomorphisme au XIXe siècle »
  • 14h : Marie VIGY – « “Les moyens d’entrer dans une conscience d’aurochs”  : décentrement de la narration et point de vue animal dans les récits de Jean-Loup Trassard »
  • 14h45 : Fabien REVOL – « Entre la nostalgie du jardin des origines et la création réconciliée : les animaux du Monde de Narnia chez C.S. Lewis »

Communications “Enjeux de l’analogie dans les discours écologiques”

Communications prononcées lors de la journée d’étude “Enjeux de l’analogie dans les discours écologiques” (voir la présentation), le 14 mai 2019 à l’UCLy, à (ré)écouter ci-dessous ou sur la chaîne Soundcloud de l’UCLy.

  • Anikó Ádám (Université Catholique Pázmány Péter de Budapest, Faculté de Lettres) : « La nature à visage humain – l’humanisme de Chateaubriand »
  • Emmanuel de Vaujany (Faculté de droit de l’UCLy) : « Le “dit du droit” (iuris dictio) dans la science du droit romain (iuris prudentia) : une reformulation de la nature »
  • Aude Volpilhac (UCLy, Faculté de Lettres) et Aude Jeannerod (UCLy, Faculté de Lettres) : « Analogies animales et lisibilité du monde »

Exemplier : Analogies animales

Exemplier : Homme et animal au XIXe siècle

Journée d’étude “Enjeux de l’analogie dans les discours écologiques”

Journée d’étude organisée par l’équipe “Humanisme” le 14 mai 2019 à l’UCLy

Campus Carnot – salle K358

Entrée libre sur inscription : s’inscrire en ligne

Cette journée d’étude cherche à poser les jalons précis d’une vaste réflexion sur le pouvoir du texte en abordant cette question au filtre rigoureux d’une figure de pensée : l’analogie.

Comparer, rapprocher, etc. : autant de gestes intellectuels, pris en charge par des procédés stylistiques tels que la métaphore par exemple, qui permettent à l’homme d’appréhender l’altérité fondamentale, qu’il s’agisse de Dieu, de l’animal ou du végétal. Mais les vertus heuristiques de l’analogie, capable de décentrer notre regard en bouleversant nos représentations traditionnelles, sont parfois contrebalancées par des effets néfastes : à trop vouloir rapprocher, on risque de perdre de vue la singularité de ce dont nous parlons. Le geste d’écrire se trouve ainsi écartelé entre, d’une part, l’évidence de l’altérité et, de l’autre, les spécificités du langage humain : s’il restera toujours un discours d’homme, tant dans la manière dont nous le pensons que dans ses outils linguistiques propres, il est en outre lesté d’un héritage anthropocentriste qu’il est urgent de refonder. C’est donc cette ambivalence qui sera au cœur de notre propos.

Continuer la lecture de « Journée d’étude “Enjeux de l’analogie dans les discours écologiques” »

Séminaire “Interdépendance et écologie intégrale”

James Whale, Frankenstein, USA, Universal Pictures, 1931

Quatrième séance du séminaire du collège doctoral de l’UCLy, organisée par le Pôle facultaire Lettres et Langues, le 22 mars 2019.

Le texte de ces deux interventions a été publié dans la Revue de l’Université catholique de Lyon, n°36, décembre 2019, pp.41-56.

  • Aude Volpilhac, « L’écocritique : les enjeux d’une catégorie critique littéraire émergente »

La littérature n’a pas attendu la crise écologique pour réagir aux questions que soulève la nouvelle ère que l’on a pris l’habitude de nommer l’anthropocène. Si elle n’a cessé d’interroger, par ses procédés propres, la place de l’homme et les moyens de représenter le monde des vivants, en revanche, le courant critique qui prend acte de l’importance salutaire de ce décentrement du regard est plus récent. Nous voudrions examiner ces nouvelles catégories critiques que sont l’écocritique et l’écopoétique, deux variantes de ce que la recherche littéraire française a hérité des green studies américaines, et qui accèdent de proche en proche à une reconnaissance institutionnelle dans l’Université française. Leur force est de permettre de renouveler notre approche de la littérature classique tout en enregistrant les modifications poétiques de la littérature contemporaine.

  • Aude Jeannerod, « Pour une lecture écologique de Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818) de Mary Shelley »

Tout le monde connaît l’histoire de Victor Frankenstein qui trouve le moyen d’animer la matière inerte et compose, à partir de morceaux de cadavres, une créature monstrueuse à laquelle il donne la vie. Le roman de Mary Shelley raconte ainsi la démesure d’un homme, le moderne Prométhée du titre, qui transgresse un ordre naturel. Victor entretient un rapport problématique à son environnement, et son erreur fatale est d’oublier qu’il n’est qu’un habitant de cette Nature qui le dépasse et l’englobe. Au début du XIXe siècle, la prise de conscience écologique n’est pas celle d’aujourd’hui ; toutefois, le discours sur l’homme et son environnement est déjà le lieu d’une mise en cause. La littérature, qui est un art proprement humain, interroge la place centrale que se donne l’homme, ainsi que le sentiment de possession et de toute-puissance qu’il éprouve envers tout ce qui n’est pas lui, qu’il s’agisse de la Nature ou de la créature.

Réécritures de l’apocalypse dans la littérature écologique

Journée d’étude co-organisée par la Chaire Jean Bastaire et la Faculté de Lettres Modernes le 17 janvier 2019 à l’UCLy

La crise environnementale que nous traversons aujourd’hui nous force à envisager dans une perspective renouvelée l’idée de fin du monde. La conviction que notre planète aurait atteint ses limites constitue ainsi le nouveau paradigme de la littérature environnementale, et plus particulièrement encore des écoapocalypses littéraires.

Ces dystopies élaborent en effet un nouveau modèle de vie – sinon de survie – qui permet de lever le voile sur la nature humaine saisie en ses pires défauts. Mais l’écriture de la nature, comme ces science-fictions, invite surtout la communauté humaine à se ressaisir maintenant pour modifier ce futur prophétisé comme sans issue. Les invariants transhistoriques d’un imaginaire eschatologique – et du genre qui lui donne forme – ne doivent toutefois occulter ni la spécificité des enjeux environnementaux contemporains, ni la singularité de la littérature écologique qui s’en fait l’écho. En se gardant du double écueil qui consisterait, d’une part, à rabattre le nouveau sur l’ancien, d’autre part, à réduire la rhétorique apocalyptique à une stratégie discursive dont la seule fin serait pragmatique, l’enjeu est de saisir comment ce corpus, en convoquant l’écriture de l’angoisse eschatologique, interroge à nouveaux frais la place et le rôle de l’homme dans le monde.

Continuer la lecture de « Réécritures de l’apocalypse dans la littérature écologique »