Séminaire “Interdépendance et écologie intégrale”

James Whale, Frankenstein, USA, Universal Pictures, 1931

Quatrième séance du séminaire du collège doctoral de l’UCLy, organisée par le Pôle facultaire Lettres et Langues, le 22 mars 2019.

Le texte de ces deux interventions a été publié dans la Revue de l’Université catholique de Lyon, n°36, décembre 2019, pp.41-56.

  • Aude Volpilhac, « L’écocritique : les enjeux d’une catégorie critique littéraire émergente »

La littérature n’a pas attendu la crise écologique pour réagir aux questions que soulève la nouvelle ère que l’on a pris l’habitude de nommer l’anthropocène. Si elle n’a cessé d’interroger, par ses procédés propres, la place de l’homme et les moyens de représenter le monde des vivants, en revanche, le courant critique qui prend acte de l’importance salutaire de ce décentrement du regard est plus récent. Nous voudrions examiner ces nouvelles catégories critiques que sont l’écocritique et l’écopoétique, deux variantes de ce que la recherche littéraire française a hérité des green studies américaines, et qui accèdent de proche en proche à une reconnaissance institutionnelle dans l’Université française. Leur force est de permettre de renouveler notre approche de la littérature classique tout en enregistrant les modifications poétiques de la littérature contemporaine.

  • Aude Jeannerod, « Pour une lecture écologique de Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818) de Mary Shelley »

Tout le monde connaît l’histoire de Victor Frankenstein qui trouve le moyen d’animer la matière inerte et compose, à partir de morceaux de cadavres, une créature monstrueuse à laquelle il donne la vie. Le roman de Mary Shelley raconte ainsi la démesure d’un homme, le moderne Prométhée du titre, qui transgresse un ordre naturel. Victor entretient un rapport problématique à son environnement, et son erreur fatale est d’oublier qu’il n’est qu’un habitant de cette Nature qui le dépasse et l’englobe. Au début du XIXe siècle, la prise de conscience écologique n’est pas celle d’aujourd’hui ; toutefois, le discours sur l’homme et son environnement est déjà le lieu d’une mise en cause. La littérature, qui est un art proprement humain, interroge la place centrale que se donne l’homme, ainsi que le sentiment de possession et de toute-puissance qu’il éprouve envers tout ce qui n’est pas lui, qu’il s’agisse de la Nature ou de la créature.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.