Séminaire “Nature apocalyptique – Végétal et fin du monde”

Les travaux de l’équipe de recherche “Humanisme” porteront en 2019-2020 sur la thématique “Nature apocalyptique – végétal et fin du monde” (voir le projet détaillé).

Programme des deux premières séances :

  • Mardi 5 novembre 2019, 17h-19h : Aude Jeannerod, “Expérimentations horticoles et hybridations monstrueuses dans le roman de la décadence”

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les progrès de l’horticulture, qui multiplie les hybridations végétales, influencent la production romanesque. Chez J.-K. Huysmans (À rebours, 1884) et Camille Lemonnier (Le Possédé, 1890), les rêves des personnages intègrent des créatures hybrides, mais la femme-fleur tourne bien vite à la plante carnivore et le fantasme au cauchemar. Chez Gustav Meyrink (Les Plantes du Dr Cinderella, 1905) et Maurice Renard (Le Docteur Lerne, 1908), des savants fous mettent l’homme en danger par la création d’êtres mi-animaux mi-végétaux. L’imaginaire décadent présente ainsi les expérimentations botaniques et horticoles comme des transgressions par lesquelles l’humanité se met elle-même en péril.

Bibliographie et exemplier à télécharger.

  • Mardi 17 décembre 2019, 17h-19h : Aude Volpilhac, “Végétal et fin du monde dans deux récits contemporains (Le Présage de P. Gascar et Ruines-de-Rome de P. Senges)  : vers une redéfinition du héros écologique”

À partir de deux œuvres contemporaines (P. Gascar, Le Présage, 1972 et P. Senges, Ruines-de-Rome, 2002), nous réfléchirons à la manière dont, loin de se réduire à un simple décor, la flore peut jouer un rôle essentiel dans les récits de fin du monde. Tandis que, dans l’œuvre de Gascar, le végétal devient signe prophétique et annonce la catastrophe à venir pour qui sait en déchiffrer l’interprétation, chez Senges, les plantes elles-mêmes, armes privilégiées de la guerilla gardening apocalyptique orchestrée par le narrateur, pourraient bien engendrer le chaos. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur la portée critique de ces deux textes et d’en évaluer la dimension politique et sociale.

Bibliographie et exemplier à télécharger.

Les séances, ouvertes à tous et toutes, ont lieu à l’UCLy (salle L131 | Campus Carnot | 23 place Carnot | 69002 Lyon).


Une réflexion sur « Séminaire “Nature apocalyptique – Végétal et fin du monde” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.