Réécritures de l’apocalypse dans la littérature écologique

Journée d’étude co-organisée par la Chaire Jean Bastaire et la Faculté de Lettres Modernes le 17 janvier 2019 à l’UCLy

La crise environnementale que nous traversons aujourd’hui nous force à envisager dans une perspective renouvelée l’idée de fin du monde. La conviction que notre planète aurait atteint ses limites constitue ainsi le nouveau paradigme de la littérature environnementale, et plus particulièrement encore des écoapocalypses littéraires.

Ces dystopies élaborent en effet un nouveau modèle de vie – sinon de survie – qui permet de lever le voile sur la nature humaine saisie en ses pires défauts. Mais l’écriture de la nature, comme ces science-fictions, invite surtout la communauté humaine à se ressaisir maintenant pour modifier ce futur prophétisé comme sans issue. Les invariants transhistoriques d’un imaginaire eschatologique – et du genre qui lui donne forme – ne doivent toutefois occulter ni la spécificité des enjeux environnementaux contemporains, ni la singularité de la littérature écologique qui s’en fait l’écho. En se gardant du double écueil qui consisterait, d’une part, à rabattre le nouveau sur l’ancien, d’autre part, à réduire la rhétorique apocalyptique à une stratégie discursive dont la seule fin serait pragmatique, l’enjeu est de saisir comment ce corpus, en convoquant l’écriture de l’angoisse eschatologique, interroge à nouveaux frais la place et le rôle de l’homme dans le monde.

 
Interventions :
  • Introduction par Aude Volpilhac (UCLy, Humanisme)
  • Jacques Descreux (UCLy, faculté de théologie), « Le devenir de la création dans l’apocalypse de Jean »
  • Fabien Revol (UCLy, Centre interdisciplinaire d’éthique), « Espérances eschatologiques chez J.R.R. Tolkien »
  • Hicham-Stéphane Afeissa (académie de Dijon), « L’apocalypse des animaux dans l’œuvre d’Éric Chevillard » – communication publiée en ligne sur le carnet de recherche Animots
  • Sylvie Allouche (UCLy/EPHE), « L’apocalypse environnementale dans la science-fiction »
  • Christophe Meurée (Archives et musée de la littérature, Bruxelles), « Tout ou rien : anatomie du sujet apocalyptique »

Illustration : Hennequin de Bruges, Tenture de l’Apocalypse : Saint Jean mange le livre, XIVe siècle, tapisserie, Château d’Angers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.